James Ensor au Musée d’Orsay





Musée d’Orsay, Paris

Niveau 0, Grand espace d’exposition



James Ensor
20 octobre 2009 > 4 février 2010



Première rétrospective présentée à Paris depuis 1990, cette exposition entend montrer le jeu de rupture et de continuité perpétuellement pratiqué par Ensor.





James Ensor



James Ensor
L’Intrigue, 1890
Huile sur toile, 90 x 150 cm
Musée Royal des Beaux Arts, Anvers, Belgique
© ADAGP, Paris 2009





Soixante ans après sa mort, l’héritage d’Ensor est ainsi toujours tiraillé entre son ancrage belge, voire ostendais, et une reconnaissance internationale. Écartelé aussi entre le solide naturalisme de ses débuts et les fantaisies masquées, « squelettisées », acides et virulentes qui traversent, à grands pas colorés et grimaçantes, la plus grande partie de sa carrière.

Cent cinquante ans, ou presque, après sa naissance, Ensor demeure un peintre inclassable et le titre de « peintre des masques » que lui attribue son compatriote Émile Verhaeren ne suffit pas à cerner son œuvre inclassable, prolifique et polymorphe.

Le MoMA et le musée d’Orsay ont donc décidé de re-visiter Ensor, et cent dix ans après l’échec de sa première exposition à Paris, de questionner de nouveau ses impénétrables masques et ses menaçants squelettes. De le placer face au XX° siècle dont il dépend très largement, ayant assisté à l’éclosion de l’expressionnisme, du cubisme, du futurisme, de Dada, du surréalisme… Ayant même, selon son propre discours, « anticipé tous les mouvements modernes ».

De placer Ensor, au cœur de ce XIX° siècle dont il est bien un des turbulents enfants, revendiquant une place définitive, « entre Manet et Van Gogh… ».




James Ensor



James Ensor
La mort et les masques, 1897
Huile sur toile, 78,5 x 100 cm
Liège, musée d’Art moderne et contemporain
© ADAGP, Paris 2009





En 90 œuvres tableaux, dessins, gravures…, et en quatre parties, l’exposition James Ensor, permet de reconsidérer ce peintre toujours étrange. Entre Manet, Van Gogh et tous les modernismes.

Cette exposition est organisée par le Museum of modern Art, New York, le musée d’Orsay et la Réunion des musées nationaux, Paris, avec le soutien du Gouvernement Flamand.





Courtesy Musée d’Orsay
Images © ADAGP, Paris 2009. Tous droits réservés.



Links





Stampfli & Turci – Art Dealers


Disclaimer & Copyright





~ by Stampfli & Turci on November 10, 2009.

One Response to “James Ensor au Musée d’Orsay”

  1. 150 ans, ou presque, après sa naissance, Ensor demeure un peintre inclassable et le titre de “peintre des masques” que lui attribue son compatriote Émile Verhaeren ne suffit pas à cerner son oeuvre inclassable, prolifique et polymorphe.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: